gorgés d’essence.

Entre les sillons

gorgés d’essence

qui irriguent mes doigts
ta peau se répand,

incandescente,
en frissons

farouches et fiers.
Ta peau brunante,

elle se lâche,
jette son combat

jusque dans mes paumes
que tes seins de lys,

hérissés, tendus,

saccagent
sans répit:
ta peau, cet incendie

qui se propage,

m’envahit
la bouche, me perce

les papilles,
& les cris
labourés de mes pores

brûlent la nuit.
& elle s’effondre

sur moi, ta peau,
ruisselante

comme je jus sucré

de la pomme croquée.

& tes seins blottis

en colombes,
me picorent

la langue,
me pillent le désir,

le trempent en toi,
encor, & encor, &

encor
me pillent de désirs,

pour t’en vêtir.
& ta peau crépuscule,

se lance au combat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________

fichier_000

Photo: Inconnu

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s