requiems, 1789.

Les ans se sont perdus

dans les ramures du temps
qui passe et fane.
La Révolution est abattue,

gorge tranchée aux lames
fourbes du mépris

qui entame et damne.
Les Ans se sont perdus

dans les ramures du temps
qui passe et fane.
Sur le trottoir, l’encre nue

s’épanche de ce parchemin vagabond,
« Déclaration

de quatre-vingt-neuf », y lit-on.
La Révolution

est abattue, Gorge tranchée
aux lames sévères du mépris

qui entame et damne.
Et roulés entre leurs doigts

l’on devient
des hommes-allumettes

qu’ils grattent d’un geste
écorché de toute compassion,

aride et leste
comme le ricanement de la potence

comme le ricanement de la potence
qui s’enterre amoureusement

autour du cou.
Sur le trottoir, l’encre nue

s’épanche de ce parchemin vagabond,
« Déclaration

de quatre-vingt-neuf », y lit-on.
Et ils fracassent nos têtes

d’une caresse vive et traître
contre leurs ardoises

griffonnées d’incantations,
et les ans se perdent

dans les ramures du temps
qui passe et qui

fane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________

bernard-buffet-revolution-catalogue-01

Peinture: Bernard BUFFET

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s