le marchand de papillons.

Il vendait
ses lignes

qu’il cueillait
le matin

au jardin
de l’évêché

comme des petits
marrons grillés

que l’on disperse
au gré
des passants

sur le pavé
parisien.

Il les échangeait
pour un sourire,

les offrait
en rançon
pour un visage
que la tristesse
avait

volé,

et ceux
qui lui restaient,
il les plantait

dans le ciel
pour les pilotes

perdus

&

leur petits
princes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________

img_38841

Photo: Ilena HATTON, “jardin de l’évêché, Orléans”

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s