l’herbe folle.

Elle se balance
suspendue

au cris des mouettes,

Marseille,
elle tance

les embruns, la langue

ourlée de mots en fête,
elle tangue
aux vents

d’ici & d’ailleurs, la tête

enfiévrée
de chansons, Marseille.
Querelleur et sensuel,

le soleil
y crépite

comme de l’herbe folle,
en brise les vitraux –envols !

de ces jupes révoltées & bariolées,
à Marseille.
Elle

chaloupe les anches,

la phocéenne,
blanches

et bleues,
dans sa bouche

sont les messagers

qu’elle lâche
à la conquête

des joues, s’enfourne profondément

entre les grains
de la peau, pourlèche

et marque les tympans.
A Marseille,

la Phocéenne, Elle

s’abandonne
suspendue

aux barricades du ciel.

& Marseille, s’élance
sur les embruns.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________

img_3932
Photo : SARITA ~ https://www.instagram.com/sarimundo/

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s