les cerises après la pluie.

Je suis

à mille lieues
de la ville,
un naufragé

au milieu
de mon champ

de Provence
à la coque percée

de rouille,
j’accoste
sur vos rivages,

encore
& encore,

à en perdre
l’équilibre,

à en avoir mal
à la peau des cils,

et je bascule.
Votre rouge

croquant
s’enhardit
et d’un coup

de reins
me bouscule,

et puis
un rire s’agrippe,

me traîne et résonne
sous le hangar

un peu gris
qui nous couvre

après la pluie.
Je suis

à mille lieues
de la ville,
un naufragé

au milieu
de mon champ

de Provence
à la coque percée

de rouille,
Cerises

au rouge croquant
qui me font oublier

l’heure,
vous êtes la clef

de toutes mes serrures,
grâce à vous

je n’ai plus peur
du jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_______________

dsc_1399

Photo: Doreen Dee

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s