le cheval de bois.

le manège criait ses tours
au passage des saisons et des jours

raturant ma vie en
un donjon monotone et lourd

… et puis tu es passée
et puis tu m’as enlevé

griffant nos noms dans le vent
enlacés de liberté et d’amour.

le manège crie toujours
et le passage des saisons court

encor…

… mais toi et moi, corps
libres et un

sommes si haut et si loin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________

anne-wipf

Peinture: Anne WIPF

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s