le coquelicot.

On s’est reconnus

là où la campagne
se déshabille de la mer

et n’en garde
que les palpitations

bleues portées dans l’air
qui répandent

leur fil
entre les sillons

des routes tordues
puis s’évaporent

au flair
comme des bulles

de savon
éperdues.
On s’est entendus,

elle et ses volants

de soie fragile
tissée
aux danses

de carmins agiles,
moi et ma peau

toute creusée
en fines irisations

du sang
des soleils

et des vents.
On s’est connus

entre les sillons

des routes tordues

qui s’évaporent

à l’air
comme des bulles

de savon,
là où la campagne

se déshabille de la mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________

le-coquelicot-dorine

Photo: Doreen Dee

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s