la fureur de vivre.

De longs crins d’asphalte,
hurlant à la brume leur chairs
brulées,

coulent entre les trottoirs
jonchés de passants,

emportant dans leur flots,
au gré des pots d’échappement,
le soleil et les couleur de l’air.

Ces rues assoiffées,

elles expirent,
au touchers de l’Hiver
comme de l’Été,

les carnations changeantes
dont les agonies chamarrées
de la lave tout juste née

aiment à s’entacher.

Ainsi passent, graissent et s’effacent,
les étreintes lancinantes
des pas perdus multicolores

sur le bitume et ses blessures.

Vagabonde, lacérée de néons,
crépitants en grosse gouttes

sur ses plaies, elle brûle, la flore…

… Vagabonde, elle suinte encore
quelques derniers coups de couleur

sur la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_______________

17792599_998487786133_357035696_n

Photo : Doreen Dee

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s