bleue faïence (les routes perdues).

Ma vieille tôle

fleurie de routes

racle
de ses fonds de tiroirs

des frémissements

d’acier
qui éclatent

comme du verre

en cris fauves
de la paume

au poitrail.
&

puis l’envol brusque

des pistons, rauques

effarouchés,
me marquent

tout bas,
m’embarquent

comme le cœur
d’un amant

qui bat,
comme le cœur

d’un amant

qui mène la barque.
Alors, cette vieille tôle

de son bleu bruissant,
fleurit mes routes perdues,

et me parle
et me parle

d’elle,
ma vieille tôle

fleurie de routes

perdues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_______________

fullsizerender

Photo: Jean-Michel HATTON, “Quartier du Panier, Marseille”

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s