les fragments (poème à quatre mains).

Harassé, tu sombres.
Encor’emprisonnée
à tes lèvres comme l’ambre dans l’ombre
Et tes rêves dans la chambre
S’embrasent mais éteignent
Tes yeux
Un souffle,un râle
Me rappellent la braise
De l’instant, nous deux
De ce soir,
Nos corps éperdus
Et tu pars
Ne reste que l’odeur de toi
Brute
Capitulant, je me détache
Pourtant dans ma chute
Je te bois
Et le cœur que je cache
Semble aux abois
Et comme un parachute
Me sauve vers toi
Amortir dans ton onde
Mon rêve entouré d’eau
Je te rejoins
Et reviens au monde…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

___________

amanti11

Peinture: Egon SCHIELE, “Les amants”

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s