l’inconnu(e).

de son livre

tombent

quelques lettres
—quelques mots

peut-être,
elles ruissellent

jusque dans

le grain
de ses jambes
nues

jusqu’aux ombres
un peu au-dessus

des cuisses.
Ces jambes,

celles
d’une dame

au café

de la ruelle
qui se livrent

longues,
si longues

et blanches
comme les nuits

—suspendues.
Ces lettres,

ces mots
que j’aimerais

apprivoiser

—peut-être,
elles m’effleurent

les cils
désormais

à fleur

de (sa) peau.
Assises

dans un café

de ruelle,
ses jambes

jaillissent

de leur chaise
infinies,

ivoires,
elles

m’emportent

dans leur violence

le regard
qui s’évapore

dans cette envie

où quelques lettres
—quelques mots

peut-être,
ensorcellent
au café

de la ruelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________

cfmdy2mwaaa4lay

Photo: Inconnu(e)

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s