Le grondement des pavés (consomme et crève).

Du couchant
quelques éclaboussures
de soleil sombrant

glissaient encor
sur macadams et murs
labourant

la chute des jours

des envols et des pirouettes
de ces petits pochoirs

errants
d’où s’écrivent les restes

magnifiques de moires
essoufflées.
Du couchant,
sur les pavés calcinés

par l’empreinte

des carcasses damnées
de la République éteinte

et des usines condamnées,
quelques éclaboussures
de soleil sombrant
étaient précipitées

au bas du soir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_______________

img_3263

Photo: Jean-Michel HATTON

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s