d’un fleuve à l’autre.

Veines

réflections bleues du ciel
témoins

qui bredouillent en rougissant

de la mort qui leur confiée

à charrier.
De l’Euphrate au Yangtze

en passant par la Seine,
ce monde là,

à peine né,

on l’avorte déjà,

il se meurt,

le souffle fracassé
par les briseurs

de chaînes,

ces libérateurs

altruistes

qui prennent

sur eux

de penser pour moi,

& m’absolvent
de ce fardeau,

la torche à la main.
Passeurs du Styx,

Ô mes bon Princes,

vos couronnes

sont bien vives,
rayonnantes

de tous leur

ossements!

Vos médailles

ne sont que charniers!
Mais il y aura toujours

un King pour recueillir

votre coup de feu
Mais il y aura toujours un

Hüss pour vous réchauffer

du creux

de son bucher.

Et au Café du Croissant,

au 147, rue de Monmartre,

Jean Jaurès prend le thé,

un parfum

de Marne

& de Rhin

dans le crâne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_____________

d8a3d987d984-d8a7d984d983d987d981-ahl-alkahf

Fresque: أهل الكهف (Ahl Alkahf)

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s